BRÈVE HISTORIQUE DE LA MONTAGNE

Cette grande colline tranquille aux contours arrondis, allongée au bord du Richelieu, porte le titre prestigieux, accordé par l’Unesco en 1978 : “Première Réserve de la Biosphère au Canada”. Elle mérite cette distinction à cause de la qualité exceptionnelle de sa forêt et des plantes et animaux qui y vivent. En mettant le pied sur les sentiers de la montagne, vous trouvez la même forêt riche et tranquille que Samuel de Champlain contemplait en voguant en chaloupe sur le Richelieu en 1609 en route vers les rapides de Chambly. Il avait alors appelé la montagne : “Le Mont Fort”.

Mais entre le passage de Champlain et aujourd’hui, la montagne a connu une histoire mouvementée. Pendant 150 ans, de 1745 à 1900, un village bourdonnant d’énergie logeait sur son flanc-sud. Pendant 50 ans, entre 1840 et 1890, ses sentiers et sommets ont résonné des prières des pèlerins et des éclats de voix des touristes. Elle a, ensuite, été mise en vente comme terre à bois, entre 1890 et 1913, pour enfin être “sauvée” et retrouver la paix en 1913, grâce à la générosité d’un jeune soldat riche, amoureux de la nature.

En d’autres mots, elle l’a échappé belle, notre montagne. Après de longues aventures, elle a retrouvé la beauté et la paix de ses débuts. Il en a fallu de peu qu’elle ne devienne, comme d’autres montagnes convoitées, un développement domiciliaire de grand luxe, où des maisons cossues et des condos de prestige remplacent la verdure. Il y a cent ans, nous avons failli perdre le dernier vestige de la magnifique forêt qui couvrait la région à l’arrivée de Champlain. Aujourd’hui, cette montagne donne de l’énergie et du plaisir à quelque 200 000 visiteurs de tous âges.

Droit d'auteur © 2012 Centre de la Nature Mont Saint-Hilaire


Crédits photos: Françoise Coté - Joan Ouellette - Daniel Cyr - Jacques Messier - Mireille Meister - Andre-Paul Therrien

Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!